Page principale > Histoire >  
 

Les Photographes

Clément C.

Reprenant la technique du portrait-carte mise au point à Paris en 1854 par le photographe Disdéri, Clément C. s'essaya dans les années 1870 au portrait en studio et fit imprimer à son nom " Clément C. Saint-Pierre-et-Miquelon " des cartons forts, dorés sur tranche, sur lesquels étaient collés les portraits de ses clients. Les très rares portraits portant cette signature et l'absence de toute autre trace laissent à penser que l'activité de ce photographe ne fut que momentanée.

Mais qui était Clément C. ? . Il est peu probable que Clément C. ait été Camille Clément né en 1826(1). En effet la lecture de l'acte de naissance de ce dernier, le 4 juillet 1826 indique que Camille Désirée Clément était une femme, fille naturelle de Joséphine Clément ( né en 1802 ), que Pierre Julien Ledret, capitaine du port de Saint-Pierre, reconnut le 7 septembre de la même année. Camille Clément épousera à seize ans, le 27 janvier 1842, Jean-Baptiste Confiant, un marin pêcheur né à Raids ( Manche ) duquel elle aura trois filles et un garçon. Même si celui-ci lui fut infidèle ( il aura en 1867 une quatrième fille d'une autre femme ), rien ne permet de dire que Camille aurait pu, alors qu'elle était délaissée avec quatre enfants, reprendre son premier nom et s'essayer à exercer la profession de photographe, qui demandait à l'époque quelques sérieux investissements. Où et comment une mère de famille, épouse d'un marin pêcheur, sans doute plus familière des graves que des salons, aurait-elle pu apprendre cette technique ? Son acte de décès, le 9 juin 1882, indique que veuve de Jean-Baptiste Confiant, Camille Ledret était sans profession.

Une seconde hypothèse pourrait être plus plausible, mais les pièces manquent pour l'étayer de manière indiscutable. Clément C. pourrait avoir été Carolin Joseph Clément, né le 22 mai 1840 à Saint-Nicolas, près de Granville, fils de Joseph Clément, né en 1814 à Granville et armateur de goélettes de pêche à Saint-Pierre. Carolin Clément épousera le 15 février 1868 à Saint-Pierre, Eugénie Lescamela, la fille du maître de forges. De ce mariage naîtra Louise Clémentine Justine Clément ( le 7 décembre 1869 ) qui fut la mère du photographe Stanislas Bachelot et dont le portrait reproduit ci-contre, signé au verso " Clément C. " est conservé par Mme Thérèse Bachelot.
Quoi qu'il en soit de Camille ou de Carolin, le photographe qui signait " Clément C. " n'eut pas une très grande carrière à Saint-Pierre.

( 1 ) Patrick Derible " Les pionniers de la photographie à Saint-Pierre-et-Miquelon " Saint-Pierre. 1983.
Y.L-JP.C

Clément C "Portrait de Louise Clémentine Justine Clément "
( vers 1875 ) Collection Thérèse Bachelot


Accueil
Préface
Cartes postales
Galerie et portfolio
Biographie
Infos techniques
Livres édités
Sténopé
Photos du mois
Liens
Guide d'achat
Histoire
E-mail